« Parce que l’écriture est une traversée, le livre est comme une porte.
Lire, c’est se laisser porter par les mots au-delà du seuil qu’ils encombrent » (Jean-Christophe Bailly)

logo2_trans

 

Souryami Blanchelicorne est une association éditoriale à but non lucratif.

Considérant que l’édition, formatrice de l’individu, mémoire du savoir humain et tribune incontournable de l’échange et du partage, au même titre que toute activité essentielle à l’équilibre et aux rêves humains, ne saurait être accaparée par des intérêts mercantiles, l’Association se donnera le but d’éditer et de soutenir l’activité créatrice littéraire ou artistique au sein d’une démarche intrinsèquement liée au partage de l’intérêt et de la beauté d’une oeuvre, et non à un caractère rentable et limitatif bafouant cet objectif d’ouverture,

Considérant que la plus importante mission de l’édition est d’ouvrir le rêve et l’esprit, de redonner espoir en la beauté de l’imagination humaine, d’émouvoir les cœurs et d’ouvrir les portes du merveilleux que l’égoïsme ou la violence de la société nous ravissent souvent, les œuvres soutenues par l’Association essaieront de tendre vers la beauté de l’écriture et à l’espoir et la profondeur qui pourront s’en dégager.

(Extraits des statuts)

 

Acheter ses livres dans le commerce

Il n’existe pas de meilleur choix que la librairie traditionnelle, cela va de soi, le plaisir de commercer avec un vrai libraire allant de pair avec la participation citoyenne à un commerce de proximité plus humain et plus vrai. Ne devons-nous pas être acteurs de ces principes de vie pour cheminer vers un monde meilleur, les petits détails étant les fameuses gouttes d’eau fondatrices d’un nouvel océan ?

Néanmoins, les librairies physiques sont parfois difficiles d’accès, notamment pour les habitants des campagnes. Par ailleurs, il arrive que nous ayons besoin d’une livraison à domicile. Où aller dans ce cas, donc ? Il serait bon d’éviter Amazon, bien que le portail soit complet et paraisse sympathique. Amazon est très bien pour certains produits spécifiques, voire pour la vente de livres d’occasion ou de l’étranger. Cela n’occulte pas le fait qu’il s’agit d’un gros trust américain internationalisé qui ne devrait pas être acteur de nos livres locaux.

Nous avons profité de la réédition de plusieurs de nos titres en 2015 pour mesurer la réactivité et la qualité du service des librairies françaises indépendantes qui ont des portails en ligne. La librairie Ombres Blanches, de Toulouse, s’est tout de suite faite remarquer. Par la suite, nous avons aussi été très agréablement surpris par Decitre (librairies du Rhône-Alpes). Le portail est excellent, très clair et très complet dans les détails et descriptifs (bien davantage que le portail d’Amazon, c’est dire !). La librairie du Bleuet a elle aussi mis à jour son catalogue avec efficacité. Les autres libraires (Chapitre, Fnac, Furet, Gibert-jeune,…) ne semblent pas s’intéresser aux éditions indépendantes et seulement mettre en ligne les livres des grands éditeurs (nous rappelons que ceci est une remarque concernant la vente en ligne, la vente directe via leurs magasins physiques ne rentrant pas en ligne de compte).

C’est pourquoi les fiches de nos livres, sur notre site internet, ne pointent pas Amazon mais envoient sur des liens vers Decitre et Ombres-Blanches. Notez que Decitre propose également la livraison à un centime, pour toute commande supérieure à 35 €. N’hésitez pas vous dégager du réflexe et de l’habitude de toujours vous adresser à Amazon !

Note : La nouvelle politique d’Amazon vis à vis des éditions indépendantes les fait dorénavant vendre nos livres via leur système de revendeurs, non éligibles à la livraison à un centime. L’intérêt de ce portail est donc devenu tout à fait nul, encourageant à nouveau votre commande sur une plate-forme plus humaine et locale.

 

Vous souhaitez nous soumettre une œuvre ?

Pour une première soumission, nous n’acceptons que les extraits de votre ouvrage accompagnés d’une courte biographie, via le formulaire de contact, si possible en format .pdf

Ligne éditoriale actuelle pour les nouveaux projets : livres illustrés tous publics, recueils de nouvelles ou romans, dans la sphère de l’imaginaire merveilleux.

Nos ouvrages sont écrits en français d’avant la réforme encore facultative de 1990 destinée à simplifier l’usage du français (suppression de l’accent circonflexe sur le i et le u, suppression de lettres non prononcées comme oignon devenu ognon ou asseoir devenu assoir, du tiret comme chauve-souris et porte-monnaie devenus chauvesouris et portemonnaie, suppression des double lettres comme girolle et corolle devenus girole et corole, etc.). Le fait que cela ait été accepté par l’Académie française nous semble une plaisanterie de mauvais goût, et nous ne ne participerons en aucune façon à la mutilation de la beauté de la langue française, dont la complexité n’est pas une tare. Nous déplorons que ces orthographes fantaisistes soient maintenant enseignées à l’école. Plutôt que remettre en question l’enseignement qui n’est pas capable de transmettre correctement la grammaire et l’orthographe ainsi que les autres matières par ailleurs, l’administration préfère estropier des siècles d’histoire de la lettre française, ce qui est révélateur de sa superficialité.

L’association n’est pas une structure à compte d’auteur, comme le sont trop de sociétés profitant de la difficulté des auteurs à publier leur livre dans les éditions conventionnelles. En tant qu’éditeur, aucune somme d’argent ne peut être demandé à l’auteur, pour quelque raison que ce soit, et dans aucune circonstance.

Il est néanmoins à noter que nous sommes une très petite structure et que nous éditons peu de titres.

 

Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient – le mot n’est pas trop vaste – au genre humain…

(citation de Victor Hugo)