12,50€ – 184 pages, format 17×22 cm
[présentation]      [critiques]
Le Chant de la Licorne

Extrait 1 (pages 71 à 72) // Extrait 2 (pages 125 à 127)

Le Chant de la Licorne

La licorne imprègne nos légendes et nos rêves au point que son seul mythe ne peut parvenir à l’expliquer. Son existence est le reflet des traditions de plusieurs civilisations qui n’avaient aucune relation entre elles : c’est pourquoi nous ne pouvons concevoir que la licorne soit née de notre imagination. Bien au contraire, c’est la licorne qui a béni l’imaginaire de nos ancêtres comme elle bénit le nôtre aujourd’hui…
> Ce livre est introduit par une histoire (« Onyssia ou la quête de la licorne », 50 p.) suivie de « l’encyclopédie de la licorne » (55 p. dont trois illustrations couleurs), sept nouvelles féeriques (« Compagnons de l’Aube des Merveilles », 30 p.) et un récit de clôture  (« les Sept Sages », 30 p. dont 7 illustrations couleurs)

Thème : Recueil de nouvelles féeriques
centrées sur le mythe de la licorne

Le Chant de la Licorne est un livre dédicacé à la merveilleuse cavale à la corne unique dont le mythe est incroyablement répandu sur toute la surface de la Terre, de l’Himalaya aux cordillères d’Amérique du sud. Il s’agit vraisemblablement de la seule créature mythique, avec le dragon, à être à ce point présente dans les cultures humaines. Pourtant, la connaissons-nous vraiment ? Le cheval cornu des livres d’enfant ne représente que peu l’être merveilleux qui a été représenté dans tellement de légendes depuis plusieurs milliers d’années.

En vérité, nous sommes très loin de rendre honneur à la licorne autant que nos ancêtres le faisaient. Ce livre est donc un essai pour redonner à la cavale légendaire les lettres de noblesse qu’elle possédait notamment dans l’Antiquité. N’avons-nous pas tellement besoin d’elle ? Quel enfant n’a pas eu besoin d’imaginer la licorne, quel adulte ne s’est jamais échappé dans un rêve illuminé par la présence d’une licorne ? Des nations entières, comme l’Ecosse, ont jadis décidé qu’elle irait jusqu’à personnifier leurs propres armoiries, en regard du monde.

Le livre est composé de deux parties, la première étant entièrement dédiée à la licorne. Cette première partie se compose d’une histoire mettant en scène un jeune homme et une licorne dans un univers médiéval, suivie d’une « encyclopédie de la licorne » qui tente de faire un tour d’horizon de l’être merveilleux qui a été le héros de l’histoire qui l’introduit. La deuxième partie est un recueil de nouvelles féeriques, mettant en lumière aussi bien la licorne que d’autres esprits fantastiques comme le griffon, le centaure, le dragon ou les naïades.

Bien sûr, ce roman fantastique peut être aussi bien lu par les enfants que par les plus âgés d’entre nous. Le simple plaisir de s’ouvrir l’esprit aux mondes de l’imaginaire se concilie très bien à la volonté pure et touchante des plus jeunes de construire et de rêver un monde plus féerique…

Nous espérons qu’il ravira aussi les inconditionnels de l’être merveilleux, amoureux de sa grâce et de sa magie dans un monde qui a tellement besoin de rêves. La licorne n’est-elle pas là pour enchanter nos vies ?

LE CHANT DE LA LICORNE

— La découverte de ce petit ouvrage fut plus qu’une agréable surprise et je pense qu’elle parlera au cœur de nombreux chercheurs des chemins qui mènent aux êtres féeriques, et ce avec une plume pleine de poésie et de sensibilité. Dans un premier temps l’auteur nous mène au côté d’Astrellys un jeune chevalier qui retrouve son lien longtemps oublié avec une merveilleuse Licorne évoluant dans un univers teinté de fantasy… Dans une deuxième partie intitulée « Le retour de la Licorne » l’auteur nous livre ses connaissances sur cette magnifique créature qui le passionne et que l’on ressent intensément à travers ses textes, un réel positivisme très communicatif ! Dans une troisième partie portant le titre de « Compagnons de l’Aube des Merveilles » nous lecteurs sommes projetés à travers différentes petites nouvelles mettant en scène un être féerique et un humain différent à chaque fois. Nous terminons cette féerique lecture par un récit dans la même veine que les précédents, nous situant dans un futur où l’humanité et les êtres féeriques ont renoué à nouveau avec nous, nous entraînant aux côtés d’une jeune fille qui décide d’accomplir une quête afin de comprendre la signification du mot sagesse…

— Qu’est-ce réellement qu’une licorne ? C’est là une bien étrange interrogation que peu de personnes se posent. Pourtant, le Chant de la Licorne s’est penché sur cette question. Dans la première partie, la licorne devient une allégorie de la pureté et de l’amour. L’histoire avance vite, très vite, mais la licorne demeure floue à nos yeux. Qui est-elle ? C’est perplexe que nous achevons ce récit, avec une idée très vague de ce qu’est cet animal merveilleux. La partie suivante présente des particularités très singulières. En effet, elle est écrite de telle manière que nous avons l’impression de faits réels, que la licorne existe vraiment. Ces informations renforcent notre connaissance de la licorne et nous permet de mieux la cerner, la comprendre. Cette seconde partie nous aide à mieux saisir les idées du premier texte. Indispensable et intéressante, c’est néanmoins le passage le plus long à lire. Prenante, la troisième partie est très originale mais aussi déstabilisante. Il y a comme une impression de changer de narrateur à chaque nouvel animal fantastique. Agrémentée de fort jolis dessins, la quatrième partie se lit le plus rapidement, et elle est une magnifique conclusion du roman. Il est impossible de refermer ce livre sans avoir l’impression d’avoir acquis quelque-chose. Un peu de maturité peut-être, de philosophie ou d’ouverture d’esprit. Comme si l’esprit de la licorne passait au travers des pages pour déteindre sur nous. En définitive, c’est un roman surprenant dans lequel on a un peu de mal à entrer, mais qui finit par nous absorber totalement et qui nous laisse changés.